Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 compte rendu- rencontre "AGCS" du 24-02-05 - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Société > L’accord général sur le commerce des services A.G.C.S. > compte rendu- rencontre "AGCS" du 24-02-05

compte rendu- rencontre "AGCS" du 24-02-05

samedi 9 avril 2005 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

compte rendu- rencontre "AGCS" du 24-02-05

Accord Général sur le Commerce des Services
le collectif Hors AGCS se compose de : Attac, groupe local Greenpeace, Syndicat Sud Formation Professionnelle Adulte, Maison de la Nature et de l’Environnement, Environnement Développement Alternatif.

en présence de : Gabriella Marongiu, élue (PC) Conseil Régional - Charles Beauchamp, élu (PC) Conseil Général, des membres du collectif et de nombreuses personnes intéressées par ce thème

Ordre du jour :
- rappel des prérogatives de l’Organisation Mondiale de Commerce (OMC) : appliquer l’AGCS en 2007.
- réponses aux questions posées aux élus après la rencontre du 1er octobre au cinéma l’univers (film le bien commun)
- propositions d’actions concrètes

1 - la libéralisation des services est en marche : après la distribution de l’eau, de l’énergie, aujourd’hui les services de la poste, la culture, demain la santé ? l’ éducation ? L’AGCS cherche à livrer aux appétits des marchés mondiaux, au nom de la libre concurrence, au nom du choix le plus favorable à chacun, un ensemble de services jusqu’ici gérés par l’Etat, les collectivités sans but lucratif. L’AGCS n’est pas un texte mis en débat : il s’agit de faire du monde entier un vaste marché.
Quels engagements, quelle participation aux instances consultatives, comment obtenir des élus transparence et information et exercer une responsabilité citoyenne, garante de l’accès pour tous à des services publics de qualité et surtout de leur maintien ?

2 - questions/réponses des élus
- comment êtes vous parvenus à obtenir une décision de déclaration Zone Hors AGCS ?
La plupart des élus pensaient qu’il serait possible de réagir lorsque les menaces seraient plus précises : c’est par la démonstration de l’irréversibilité de l’accord, l’impossibilité d’obtenir des dérogations après 2007 que la motion a été votée le 24 juin 2004. Il n’y a pas eu de débat de fond.
- quelle communication depuis ?
Alors qu’en France, en Europe, les collectivités se mobilisent, forment des réseaux, informent par voie de presse, organisent des réunions/rencontres, ici, aucune information n’a été faite ni auprès des élus, ni auprès de la population : personne n’a été mandaté pour « porter » le thème de l’AGCS. Aucune disposition particulière n’est envisagée alors même que se posent le problème des ATOS (Administratifs, Techniciens, Ouvriers de services) pour les lycées, celui des transports scolaires... La méconnaissance des effets de l’application de l’accord est totale.

que faire ? Recenser tout ce qui risque de changer si l’accord est appliqué. Convaincre les élus locaux de s’appuyer sur la mobilisation citoyenne. Travailler sur des exemples concrets dont on commence à entendre parler au travers des média (main d’œuvre soumise aux lois du Pays dont l’employeur est issu). Il faut réfléchir à l’organisation de la société européenne, redéfinir ce qu’est un service public aujourd’hui en France. Les élus ont besoins des associations, des citoyens car nous sommes tous concernés.

3 - propositions concrètes
- écrire à chaque président de groupe politique, de commission pour faire part de notre impatience à donner du contenu à la motion déclarant la Région, le Conseil général, Zones Hors AGCS.
- faire signer le courrier par tous les participants (membres d’associations, collectif, syndicats, personnes présentes) afin de montrer que l’interrogation s’amplifie et que nous sommes en attente d’explications mais surtout d’actions, de décisions garantissant les droits acquis.
- demander à ce que la Région, le département rejoignent les réseaux nationaux
- participer à des commissions (énergie - transport - formation continue...) pour montrer l’implication concrète des citoyens
- organiser une JOURNEE INFORMATION GRAND PUBLIC soutenue par les Instances Régionales et Départementales grâce à une large communication, le prêt d’une grande salle, l’invitation d’intervenants de niveau national et la présence d’élus engagés à soutenir l’action du collectif qui aura su mobiliser ses membres.

Anita Villers, présidente EDA