Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Bar le duc 24-09-05 - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Sols > Les dossiers > Bar le duc 24-09-05

Bar le duc 24-09-05

Manifestation contre l’enfouissement des déchets nucléaires

lundi 26 septembre 2005 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

Pourquoi manifester ? Début 2006, les parlementaires seront invités à choisir l’enfouissement alors que des experts internationaux et indépendants jugent l’état des recherches insuffisant. Nulle part au monde, on ne sait quoi faire de ces déchets ! S’ils sont enfouis - à Bure ou ailleurs - les déchets nucléaires resteront dangereux pour des millénaires (plutonium : 200 000 ans de vie ; uranium : 3 milliards d’années de demi-vie). la radioactivité contaminera les nappes phréatiques et la châine du vivant. Alors que faire ?
- garder sous surveillance les déchets existants là où ils sont produits
- économiser l’énergie et fermer au plus vite les centrales nucléaires en recourant à d’autres sources d’énergie
- cesser de fabriquer des armes atomiques.

NI A BURE, NI AILLEURS, LA TERRE NE DOIT ETRE EMPOISONNEE POUR L’ETERNITE.

petit commentaire : beaucoup de monde - beaucoup de dignité après une minute de silence de plus de 4000 personnes portant un baillon pour dénoncer le manque de démocratie face à des décisions qui engagent gravement l’avenir des générations futures un immense CRI a retenti devant le conseil général de Bar le Duc le 24 septembre 2005 C’était très impressionnant : nous avons vécu un grand moment d’émotion que nous partageons avec vous..

écouter aussi l’émission radio qui traitait de ce sujet le 11 septembre


Associated Press (AP) - 24.09.05

Meuse : environ 6.000 manifestants protestent contre le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure

Environ 6.000 manifestants anti-nucléaire se sont rassemblés samedi après-midi à Bar-le-Duc (Meuse) pour protester contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, une petite localité meusienne située aux confins de la Haute-Marne. Pour l’instant, seule est en cours la construction souterraine d’un laboratoire de recherches. A l’appel du réseau "Sortir du nucléaire" et de l’association Bure-Stop, les protestataires étaient venus de la Meuse, mais aussi du reste de la France et des pays frontaliers. Des participants ont apporté de la terre de leur région qui a été ajoutée symboliquement à celle de Bure "non encore contaminée". "Ce fut une belle démonstration", a déclaré à l’Associated Press Stéphane Lhomme, porte-parole de "Sortir du nucléaire". Une délégation a été reçue au conseil général de la Meuse où ont été remises 45.000 signatures d’opposants meusiens qui réclament un référendum départemental, a-t-il précisé. Stéphane Lhomme a par ailleurs annoncé la tenue d’une grande manifestation nationale, les 15 et 16 avril 2006 à Flamanville (Manche), où les pouvoirs publics ont prévu la construction d’une centrale de dernière génération. On marquera également avec un peu d’avance le 20e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.


Journal de la Haute Marne - 25.09.05

Les anti-Bure ont de l’énergie

Page de couverture : photo : Près de 5000 personnes ont sillonné hier les rues de Bar-le-Duc pour s’opposer à l’enfouissement des déchets radioactifs, notamment à Bure. Et par des actions symboliques et bon enfant, ont fustigé un "débat bidon"

Page intérieure complète avec photos débat bidon-la terre, de partout-le di-in-l’immense banderole-les Verts-Greenpeace

Bure : les opposants se comptent à Bar-le-Duc

Les collectifs opposés à l’enfouissement des déchets radioactifs ont réussi leur test, hier à Bar-le-Duc. A l’appel de plusieurs associations, près de 5000 personnes ont sillonné les rues de la ville, menant des actions symboliques.

Une première d’ampleur nationale. De mémoire de Barisien, on n’avait pas vu un tel déploiement dans la préfecture meusienne.. Hier, à l’appel des collectifs d’associations opposées à l’enfouissement de déchets nucléaires, près de 5000 manifestants (3000 selon la police) ont battu le pavé. Participation et couverture médiatique sont au plus haut : test réussi pour les organisateurs meusiens et haut-marnais.

"Ré-sis-tance !", criait une militante suisse de l’association contrAtom, de Genève. C’est bien le sentiment qui prédomine à l’issue de cette manifestation. Bure, sujet jusqu’ici local, prend une dimension nationale, voire internationale. Opposants à l’enfouissement de déchets nucléaires -militants anti-nucléaire tout court, aussi-, élus et simples citoyens, ils sont venus de toute la France (Gard, Midi toulousain, Normandie, Oise, Nord, etc), d’Allemagne ou de Suisse. Pour "résister", comme cette Meusienne, accompagnée de son fils "et de ses copains de lycée". Se faire entendre, surtout.

Consultation légitimée

Slogans, pancartes, tracts, affiches, tee-shirts... Les moyens étaient divers. Le message, 1000 fois lu dans la journée, toujours le même : "Ni ici, ni ailleurs". du hall des brasseries, d’où le cortège est parti, à la préfecture, en passant par le Conseil général, la manifestation, bon enfant mais déterminée, a démontré un potentiel de mobilisation jamais atteint. Loin des maigres rassemblements devant les grilles du laboratoire de Bure.

Au Conseil général, une délégation a remis au président Christian Namy un carton plein des 45 000 pétitions signées demandant l’organisation d’un référendum sur l’enfouissement de déchets en Meuse et Haute-Marne. A la préfecture, une motion à l’attention du gouvernement, stigmatisait les "impasses" du programme nucléaire français.

Avant que le rassemblement ne se disloque, place Reggio, les invités nationaux (lire ci-dessous) et locaux ont pris la parole. Pour insister encore sur le fait que la mobilisation légitime la demande de consultation populaire. Le débat de 2006 à l’Assemblée nationale sera-t-il influencé par la pression de la rue ? Une chose est sûre : les opposants ne "lâcheront pas les politiciens. Il faut les marquer à la culotte, leur mordre les mollets", arguait l’une d’eux. Rien n’est encore joué, mais après cette journée, les opposants à l’enfouissement ont gagné en assurance.

Jacques Gaillot : "Mobilisation réconfortante" Mgr Jacques Gaillot, évêque de Partenia, homme d’église engagé originaire de Saint-Dizier, a fait le déplacement "exprès, en bus depuis Paris", pour assister à la manifestation. Il souligne la forte mobilisation, surtout chez les jeunes. Le Journal de la Haute-Marne : On vous sait engagé. On sait moins que le combat contre le nucléaire est l’un de vos chevaux de bataille.... Jacques Gaillot : Déjà en 1995, j’ai manifesté contre la reprise des essais nucléaires dans le Pacifique, à Mururoa. J’ai également participé, il y a plusieurs années, à une autre manifestation, à Bure même. JHM : Mais c’est la première fois que vous participez, à côté de chez vous, à un rassemblement d’une telle ampleur ? J.G. : Oui, et ça prouve qu’on n’enfouira pas les citoyens de Meuse et de Haute-Marne. C’est réconfortant, de voir tous ces gens, tous ces jeunes, qui n’acceptent pas que leur pays devienne une poubelle nucléaire. Car c’est bien là le problème : il s’agit moins de trouver un lieu qu’une solution pour les déchets. JHM : Votre franc-parler est-il compatible avec votre engagement spirituel ? J.G. : On m’a souvent reproché, au sein de l’église et en dehors, cet engagement. Mais je suis aussi un citoyen. L’église ne doit pas vivre en dehors du monde. Ce que je fais là, il me faut, il nous faut le dire. Plus tard, nos successeurs nous féliciteront.

Corinne Lepage : "Manque de débat public en France" Corinne Lepage, présidente du parti politique Cap 21, ancienne ministre de l’Environnement de 1995 à 1997, était présente. Elle revient sur le besoin de débat public en France, qui en manque cruellement. Le Journal de la Haute-Marne : Pensez-vous que le débat sur la gestion des déchets nucléaires, lancé avec les auditions publiques, est utile ? Corinne Lepage : C’est un faux débat. On laisse le choix aux citoyens entre Bure et Bure, puisqu’il n’y a pas d’autre site envisagé. Sans compter que l’information n’est pas donnée, ou alors de manière univoque. Je suis choquée de la façon dont le débat public évolue en France. JHM : La consultation est truquée, selon vous ? C.L. : On fait croire qu’on débat avec la population, mais c’est totalement formel : les décisions sont déjà prises. C’est pour la façade, sans la maison qui va derrière. Il faut réellement consulter la population, donc organiser ce référendum demandé par les élus meusiens et haut-marnais opposés à l’enfouissement (elle l’a signé plus tôt dans la journée, Ndlr). D’ailleurs, je lance un appel à tous les départements pour organiser une campagne de signatures afin de mettre en place des référendums sur le nucléaire partout, comme la loi le permet. JHM : Vous souhaitez l’arrêt compet du programme ? C.L. : Sur ce point, mon avis diverge de celui des Verts. Je ne dis pas "Stop tout de suite", mais "demandons l’avis des Français". Comme dans une démocratie.

Alain Krivine : "Un autre choix de société" Alain Krivine, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire, menait ses troupes, venues nombreuses, hier. Son mot d’ordre : les choix de société, forcément "mauvais", et la façon de les changer. Le Journal de la Haute-Marne : Vous considerez-vous comme faisant partie d’une résistance citoyenne ? Alain Krivine : Bien sûr. On suit le mouvement depuis le début.. La résistance au tout-nucléaire, c’est le même combat que celui des faucheurs volontaires de champs d’OGM. Il faut organiser cette résistance, afin de faire évoluer les choix de notre société. JHM : Concrètement, ça signifie ? A.K. : Consommer différemment. Envisager une baisse d’utilisation des énergies. Par exemple, développer une politique de transports collectifs plus efficace. Le problème, c’est qu’en France on fait des choix énergétiques qui nous poussent à une consommation maximum. On voit ce que ça donne actuellement avec le pétrole... JHM : Si on n’a plus de pétrole, il faut bien d’autres sources énergétiques. Peut-on arrêter le programme nucléaire aujourd’hui ? A.K. : La première chose à régler, c’est les déchets. Ils doivent tout d’abord rester sur les lieux de production. Déjà, ça éviterait les problèmes de transports. Après c’est clair, il faut stopper le programme. Mais ça n’ira pas tout seul : il faut plus de crédit pour déveloper les énergies alternatives.


L’Est Républicain 25.09.05

Marée antinucléaire à Bar-le-Duc

Plus de quatre mille personnes dans les rues de la ville, venues dire non à l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

« Il est plus facile de rassembler cent mille manifestants à Paris que cinq mille à Bar-le-Duc. » Organisateurs de la plus grande manifestation nationale jamais programmée en Meuse, les membres des collectifs et organisations d’élus meusiens et haut-marnais contre l’enfouissement des déchets radioactifs s’affirmaient hier soir comblés. Non seulement ils estimaient avoir réussi à mobiliser six mille manifestants contre le lobby nucléaire (2.600 selon la police), mais surtout ils avaient multiplié en quelques heures des images symboliques et fortes destinées à cristalliser l’opinion autour des risques nés de l’enfouissement des déchets aux frontières de deux départements verts et pauvres de l’Est de la France.

De Krivine à Jacques Gaillot

D’Alain Krivine à Mgr Jacques Gaillot, en passant par Noël Mamère, Jean-Yves Cochet, Yann Werhling ou l’ancienne ministre écologiste de droite, Corinne Lepage, les politiques et membres de la société civile proches des mouvements altermondialistes n’avaient pas raté l’occasion d’afficher leur différence et leur refus du nucléaire en venant eux aussi manifester en Meuse, défiler sous la bannière des Verts, de Greenpeace, de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ou en silence aux côtés d’amis. Leur message était invariable : « Faucheurs d’OGM et militants antinucléaires même combat », « Pas question d’accepter de produire des déchets pour des décennies afin de conforter l’électronucléaire et empoisonner la terre ».

Et c’est dans cette philosophie que sur le plan local les associations d’élus continuent à revendiquer l’organisation de référendums départementaux pour ou contre le labo de Bure. En quelques mois, les élus et les collectifs meusiens et haut-marnais ont réussi à rassembler sur les deux départements quarante-quatre mille signatures (sur quatre cent mille habitants) qu’ils sont venus, en délégation, remettre hier après-midi au président du conseil général de la Meuse, Christian Namy, en criant à l’unisson leur volonté de voir organiser rapidement une véritable consultation populaire.

Ville morte

Quelques instants plus tard, dans une ville quasiment morte où les commerçants avaient été exhortés à titre préventif et « anti casseurs » à fermer boutique, les manifestants, toutes générations et tendances confondues, se sont immobilisés et allongés à terre le long du boulevard de La Rochelle afin d’y symboliser la « mort prochaine d’un territoire » contaminé et pollué.

L’image était forte, la protestation silencieuse et poignante... à cent mille lieues d’une conclusion malgré tout festive de la manifestation sous les fenêtres du préfet de la Meuse, où en musique, les manifestants sont venus déposer de la terre non polluée, venue de soixante-dix départements pendant que d’autres accrochaient bannières et slogans antinucléaires aux fenêtres de la place Reggio.

Tout cela sous les yeux des officiers de trois compagnies de CRS mobilisés autour de la préfecture comme dans les rues adjacentes du conseil général pour parer à des provocations que les organisateurs de la manifestation avaient su anticiper et maîtriser.

Jean-Claude MIDON


Reuters - Samedi 24 septembre 2005 - par Gilbert Reilhac

Manifestation à Bar-le-Duc contre les déchets nucléaires

BAR-LE-DUC, Meuse - Quatre mille personnes selon la police, 6.000 selon les organisateurs, ont défilé à Bar-le-Duc (Meuse) pour s’opposer à un projet de stockage souterrain de déchets radioactifs à Bure, un village situé aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne. C’est la plus grosse mobilisation jamais organisée par les "coordinations nationales des collectifs et des élus contre l’enfouissement des déchets radioactifs", à six mois du débat parlementaire qui doit trancher sur l’avenir des déchets nucléaires en France.

"Des solutions pour les déchets, il n’y en a qu’une, c’est d’arrêter de les produire", a déclaré avant la marche, lors d’une conférence de presse, Hervé Grimal, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire. Pour Corinne François, des comités "Bure Stop", le stockage des déchets "n’est pas un problème local" mais "un problème national, un vrai problème de société qu’il est temps que l’on prenne à bras le corps".

Venus de 45 départements, selon les organisateurs, mais aussi d’Allemagne, du Luxembourg, de Belgique et de Suisse, les manifestants ont défilé dans les rues ensoleillées derrière une banderole ou l’on pouvait lire "Déchets nucléaires, n’empoisonnez pas la terre". Certains portaient un bâillon, symbole de "la société civile confisquée".

Des formules comme "40 ans de nucléaire, 200.000 ans de déchets radioactifsé, "Sauvons notre Terre mère" ou "Ni ici, ni sur Mars", fleurissaient sur des pancartes individuelles. Le cortège s’est rendu au rythme des tambours jusqu’au Conseil général où des élus ont remis une pétition de 16.000 signatures (et non 20.000 comme indiqué précédemment) recueillies dans le département pour demander l’organisation d’un référendum sur l’enfouissement des déchets à Bure.

Implanté en 1999 par l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs), le laboratoire de Bure est chargé d’évaluer la faisabilité d’un stockage dans les couches argileuses profondes (à moins 500 mètres) du sous-sol. Un pré-rapport remis par l’Andra en juin dernier au gouvernement considère cette faisabilité comme acquise.

"FAIRE EN SORTE QUE LA FRANCE SORTE DU NUCLEAIRE" Une autre pétition portant 28.000 signatures devait être remise au Conseil général de la Haute-Marne en vertu de la loi du 13 août 2004 qui autorise 10% des électeurs inscrits d’un département à demander une telle consultation. Devant le Conseil général, les manifestants ont respecté trois minutes de silence rompues par un cri que les organisateurs avaient demandé "aussi furieux que possible".

Le défilé, ponctué par un "die in", s’est poursuivi jusqu’à la préfecture à travers les rues d’une ville à demi-morte, de nombreux commerçants ayant baissé leur rideau par crainte d’éventuels casseurs. Mais tout s’est passé dans le calme. La Ligue communiste révolutionnaire, avec notamment son porte-parole historique Alain Krivine, et les Verts, étaient les seuls partis représentés à Bar-le-Duc.

Les écologistes avaient mobilisé leur secrétaire national Yann Wehrling, Noël Mamère, Gilles Lemaire, Yves Cochet et la députée européenne Marie-Anne Isler-Béguin. Dominique Voynet était officiellement retenue à Copenhague par une réunion des Amis de la Terre sur le nucléaire. L’ancienne ministre de l’Environnement de Lionel Jospin est critiquée par certains collectifs pour avoir signé le décret autorisant le démarrage du laboratoire de Bure. Pour Yann Wehrling, les Verts n’ont jamais eu qu’une position. "Ce qu’on a pu avoir à faire pendant notre passage au gouvernement n’entame en rien notre détermination à faire en sorte que la France sorte du nucléaire", a-t-il déclaré à Reuters. "Nous voulons la sortie du nucléaire et nous mettrons cela sur la table de négociation en 2007 avec nos partenaires de gauche", a-t-il assuré. Les manifestants de Bar-le-Duc ont d’ores et déjà prévu de se retrouver à "Pâques 2006" à Cherbourg, pour dire leur opposition à la construction du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR de Flamanville, dont les travaux doivent démarrer l’année suivante.


Agence France Presse- 24.09.05

Déchets radioactifs : le "non" à l’enfouissement de milliers de manifestants

Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire "non", samedi à Bar-le-Duc, au stockage souterrain des déchets radioactifs à l’étude à Bure (Meuse) et soutenir les populations locales qui réclament un référendum sur la question. Les manifestants - 6.000 selon les organisateurs, 3.000 selon la police - venus d’une quarantaine de départements, avaient répondu à l’appel du collectif Bure-Stop, d’un collectif d’élus contre l’enfouissement des déchets ainsi que du réseau Sortir du nucléaire, regroupant plus de 700 associations.

"Nous sommes solidaires des Meusiens et nous sommes venus leur apporter notre soutien", a expliqué Philippe Guédé, arrivé de Mayenne. Il a rappelé comment, dans son département, "la pression populaire" avait permis d’empêcher l’implantation dans le massif d’Izé d’un laboratoire de recherches sur le stockage des déchets en terrain granitique. Dans une ambiance festive, les manifestants se sont d’abord rendus au siège du conseil général pour déposer une pétition comptant 45.000 signatures d’habitants de la Meuse et de la Haute-Marne qui réclament un référendum local.

Certains s’étaient bâillonnés pour symboliser l’absence de parole donnée aux citoyens dans ce dossier. "Bure : je veux donner mon avis", pouvait-on lire sur une banderole en tête de cortège. Un débat public est actuellement en cours dans plusieurs villes de France, en prévision d’un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs qui doit être présenté en 2006 au Parlement. Plusieurs collectifs antinucléaires ont indiqué qu’ils n’y participeraient pas, le qualifiant de "tronqué et trompeur". "Garanties insuffisantes" "Nous voulons alerter les parlementaires afin qu’ils ne prennent pas de décision irresponsable en 2006 car les travaux menés à Bure n’offrent pas de garanties de sécurité suffisantes", a souligné Corinne François, porte-parole du collectif Bure-Stop.

Dans un pré-rapport remis en juin au gouvernement, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), en charge du laboratoire de Bure, a conclu à la "faisabilité de principe" d’un stockage souterrain "avec une confiance raisonnable". "Le site de Bure n’est pas géologiquement stable, comme on veut nous le faire croire : il y de l’eau en sous-sol, il y a des failles, des risques sismiques existent", s’est alarmée Corinne François.

En milieu d’après-midi, les manifestants se sont allongés, formant un tapis humain sur près d’un kilomètre pour un "die-in", action sensée symboliser que "le nucléaire, c’est la mort". Ils se sont ensuite dirigés vers la préfecture de la Meuse pour déposer des sacs de terre provenant des départements représentés dans le cortège. "A l’exception du Gard", a lancé un représentant de ce département où se trouve le site nucléaire de Marcoule. "La terre y est déjà contaminée", a-t-il ironisé.


Aujourd’hui en France - Dimanche 25 septembre 2005

Le non à l’enfouissement des déchets radioactifs

Bar-le-Duc (Meuse). Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire "non" au stockage souterrain des déchets radioactifs, actuellement à l’étude à Bure (Meuse). Les manifestants, venus d’une quarantaine de départements, avaient répondu à l’appel du Réseau "Sortir du nucléaire" qui regroupe plus de 700 associations. Dans une ambiance festive, les manifestants se sont d’abord rendus au siège du Conseil général pour déposer une pétition comptant 45 000 signatures d’habitants de la Meuse et de la Haute-Marne qui réclament un référendum local. Certains s’étaient baillonnés pour symboliser l’absence de parole donnée aux citoyens dans ce dossier. Selon les associations, "le site de Bure n’est pas géologiquement stable comme on voudrait nous le faire croire : il y a de l’eau en sous-sol, il y a des failles, et des risques sismiques"


Les dernières nouvelles d’Alsace - Dimanche 25 septembre 2005

L’enfouissement des déchets radioactifs contesté à Bar-le-Duc

Bar-le-Duc- Les opposants au nucléaire estiment que le débat est « tronqué ».(Photo AFP)

Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire « non », hier à Bar-le-Duc, au stockage souterrain des déchets radioactifs à l’étude à Bure (Meuse) et soutenir les populations locales qui réclament un référendum sur la question.

Les manifestants - 6 000 selon les organisateurs, 3 000 selon la police - venus d’une quarantaine de départements, avaient répondu à l’appel du collectif Bure-Stop, d’un collectif d’élus contre l’enfouissement des déchets ainsi que du réseau Sortir du nucléaire, regroupant plus de 700 associations. « Nous sommes solidaires des Meusiens et nous sommes venus leur apporter notre soutien », a expliqué Philippe Guédé, arrivé de Mayenne. Là-bas, a-t-il rappelé, « la pression populaire » a permis d’empêcher l’implantation dans le massif d’Izé d’un laboratoire de recherches sur le stockage des déchets en terrain granitique. Dans une ambiance festive, les manifestants se sont d’abord rendus au siège du conseil général. Ils y ont déposé une pétition comptant 45 000 signatures d’habitants de la Meuse et de la Haute-Marne qui réclament un référendum local. « Bure : je veux donner mon avis », pouvait-on lire sur une banderole en tête de cortège. Certains, estimant qu’il était impossible aux habitants de s’exprimer, s’étaient bâillonnés. Un débat public est actuellement en cours dans plusieurs villes de France, en prévision d’un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs qui doit être présenté en 2006 au Parlement. Plusieurs collectifs antinucléaires ont indiqué qu’ils n’y participeraient pas, le qualifiant de « tronqué et trompeur ». « Nous voulons alerter les parlementaires afin qu’ils ne prennent pas de décision irresponsable en 2006 car les travaux menés à Bure n’offrent pas de garanties de sécurité suffisantes », a souligné Corinne François, porte-parole du collectif Bure-Stop. Une faisabilité de principe. Dans un pré-rapport remis en juin au gouvernement, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), en charge du laboratoire de Bure, a conclu à la « faisabilité de principe » d’un stockage souterrain « avec une confiance raisonnable ». « Le site de Bure n’est pas géologiquement stable, comme on veut nous le faire croire : il y de l’eau en sous-sol, il y a des failles, des risques sismiques existent », s’est alarmée Corinne François. En milieu d’après-midi, les manifestants se sont allongés, formant un tapis humain sur près d’un kilomètre pour un « die-in », action censée symboliser que « le nucléaire, c’est la mort ». Ils se sont ensuite dirigés vers la préfecture de la Meuse pour déposer des sacs de terre provenant des départements représentés dans le cortège. « A l’exception du Gard. La terre y est déjà contaminée » », a lancé un représentant de ce département où se trouve le site nucléaire de Marcoule.


Le Républicain Lorrain - Dimanche 25 septembre 2005

Les antinucléaires disent non à l’enfouissement des déchets

Bar-le-Duc carrefour antinucléaire... Le mot d’ordre national de mobilisation contre le site expérimental d’enfouissement des déchets radioactifs de Bure a rassemblé, hier, plusieurs milliers de manifestants dans les rues de la cité meusienne. Un coup de semonce en prévision du débat parlementaire prévu en 2006.

On va observer ensemble trois minutes de silence pour les victimes du nucléaire. Ensuite on retirera nos bâillons avant de les accrocher sur la grille du conseil général. Et puis on poussera tous ensemble un formidable cri pour montrer qu’on n’accepte ni l’enfouissement, ni un débat tronqué". Le "cri qui tue>, ainsi baptisé par les manifestants eux-mêmes, a ébranlé le cortège jusqu’à assourdir le périmètre de la ville haute. Mais c’est encore le long silence le précédant qui a le plus impressionné. Plus tard les participants sacrifieront au rituel du "die in" (sit in en version allongée) sur le boulevard de La Rochelle. Trois mille selon la police, six mille selon les organisateurs... Bar-le-Duc a rassemblé hier la planète antinucléaire. En début d’après-midi, le cortège s’étire depuis la ville basse en direction du conseil général. Une rencontre y est prévue entre les élus anti-Bure et le patron du Département Christian Namy. La manif, elle, rassemble large. Des Verts à la CNT, en passant par la Conf’, la LCR ou encore Greenpeace, le spectre de l’extrême gauche s’illustre à grand renfort de calicots vilipendant la politique énergétique de l’Hexagone. Mais les associations ne sont pas en reste. "Des délégations sont venues d’au moins trente-cinq départements", claironne Corinne François, de la Coordination nationale des collectifs opposés à l’enfouissement des déchets nucléaires". Contentieux. D’ailleurs ce sont elles qui mènent la danse. Au risque d’écorner quelques susceptibilités chez les pros. Ainsi les têtes d’affiche des Verts ont-elles été privées de conférence de presse quelques instants avant le départ du cortège. "On leur a fait comprendre que ça serait malvenu", commente Hervé Grimal, du réseau Sortir du nucléaire, qui lui a effectué le voyage depuis le Gard. Entre les premiers et les seconds, le contentieux porte un nom : celui de Dominique Voynet. En 1999, l’élue verte occupe le maroquin de ministre de l’Environnement lorsqu’elle signe le décret propulsant Bure premier centre d’expérimentation sur l’enfouissement. "A l’époque, c’était ça ou le feu vert pour le canal à grand gabarit Rhin-Rhône.. Un autre désastre plus immédiat encore", justifie a posteriori Philippe Leclercq, conseiller régional (Verts) de Lorraine. A ses côtés, Noël Mamère ou Marie Isler-Béguin font la moue à l’évocation de ce douloureux souvenir. Mais sur le fond, ils ne disent pas autre chose : "Lorsqu’on est archi minoritairedansungouvernement, il y a des compromis à passer", assure le premier, tout de même pressé de tourner la page : "En 2005, les temps ont changé. On n’est pas obligé d’assumer des situations politiques anciennes", plaide-t-il. La députée européenne préfère, elle, souligner son opposition inflexible au site de Bure : "Nous, Verts Lorrains, avons toujours préconisé le stockage en sub-surface dans le périmètre des centrales nucléaires, afin de limiter le tourisme des déchets". Trait d’union entre les marcheurs, tous, ou presque, refusent de prendre part à la discussion organisée par la Commission nationale du débat public, dans le cadre de la loi Bataille. "C’est une mascarade, on préfère attendre le débat parlementaire sur la gestion des déchets", objecte Corinne François. Un rendez-vous prévu dans le courant du premier semestre 2006. Bar-le-Duc pourrait bien n’être qu’un coup de semonce.


Le Télégramme de Brest - 25.09.05

Déchets radioactifs - Manifestation pour dire « non » à l’enfouissement

Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire « non » , hier à Bar-le-Duc, au stockage souterrain des déchets radioactifs , à l ’ étude à Bure (Meuse) , et soutenir les populations locales qui réclament un référendum sur la question. Les manifestants - 6.000 selon les organisateurs, 3.000 selon la police - ont répondu à l ’ appel du collectif Bure-Stop et du réseau Sortir du nucléaire. Certains manifestants s ’ étaient bâillonnés (ci-contre) pour symboliser l ’ absence de parole donnée aux citoyens dans ce dossier. (Photo AFP)


La Voix du Nord - 25.09.05

Déchets radioactifs Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire « non », hier à Bar-le-Duc, au stockage souterrain des déchets radioactifs à l’étude à Bure (Meuse) et soutenir les populations locales qui réclament un référendum sur la question. Un débat public est actuellement en cours dans plusieurs villes, en prévision d’un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs présenté en 2006 au Parlement.


L’ALSACE - 25.09.05

DÉCHETS RADIOACTIFS - Mobilisation à Bar-le-Duc Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire « non », hier à Bar-le-Duc, au stockage souterrain des déchets radioactifs à l’étude à Bure (Meuse) et soutenir les populations locales qui réclament un référendum sur la question. Les manifestants - 6000 selon les organisateurs, 3000 selon la police - venus d’une quarantaine de départements, avaient répondu à l’appel du collectif Bure-Stop, d’un collectif d’élus contre l’enfouissement des déchets ainsi que du réseau Sortir du nucléaire, regroupant plus de 700 associations. « Nous sommes solidaires des Meusiens et nous sommes venus leur apporter notre soutien », a expliqué Philippe Guédé, arrivé de Mayenne. Il a rappelé comment, dans son département, « la pression populaire » avait permis d’empêcher l’implantation dans le massif d’Izé d’un laboratoire de recherches sur le stockage des déchets en terrain granitique. Dans une ambiance festive, les manifestants se sont d’abord rendus au siège du conseil général pour déposer une pétition comptant 45 000 signatures d’habitants de la Meuse et de la Haute-Marne qui réclament un référendum local. Certains s’étaient bâillonnés pour symboliser l’absence de parole donnée aux citoyens dans ce dossier. « Bure : je veux donner mon avis », pouvait-on lire sur une banderole en tête de cortège. Un débat public est actuellement en cours dans plusieurs villes de France, en prévision d’un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs qui doit être présenté en 2006 au Parlement.


Le Progrès - dimanche 25 septembre 2005 (page 2 - toutes éditions)

Gestion des déchets : le nucléaire, c’est la mort

Plusieurs milliers de personnes, originaires de toute la France, sont venues dire "non", samedi à Bar-le-Duc, au stockage souterrain des déchets radioactifs à l’étude à Bure (Meuse) et soutenir les populations locales qui réclament un référendum sur la question. Les manifestants - 6.000 selon les organisateurs, 3.000 selon la police - venus d’une quarantaine de départements, avaient répondu à l’appel du collectif Bure-Stop, d’un collectif d’élus contre l’enfouissement des déchets ainsi que du réseau Sortir du nucléaire, regroupant plus de 700 associations.

"Nous sommes solidaires des Meusiens et nous sommes venus leur apporter notre soutien", a expliqué Philippe Guédé, arrivé de Mayenne. Il a rappelé comment, dans son département, "la pression populaire" avait permis d’empêcher l’implantation dans le massif d’Izé d’un laboratoire de recherches sur le stockage des déchets en terrain granitique. Dans une ambiance festive, les manifestants se sont d’abord rendus au siège du conseil général pour déposer une pétition comptant 45.000 signatures d’habitants de la Meuse et de la Haute-Marne qui réclament un référendum local.

Certains s’étaient bâillonnés pour symboliser l’absence de parole donnée aux citoyens dans ce dossier. "Bure : je veux donner mon avis", pouvait-on lire sur une banderole en tête de cortège. Un débat public est actuellement en cours dans plusieurs villes de France, en prévision d’un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs qui doit être présenté en 2006 au Parlement. Plusieurs collectifs antinucléaires ont indiqué qu’ils n’y participeraient pas, le qualifiant de "tronqué et trompeur". --------------------------------------------------------------------------------------- Métro - Lundi 26 septembre 2005

Les antinucléaires au secours de Bure

Ils réclament un référendum local sur un projet d’enfouissement de déchets nucléaires.(26/09/2005) Tchernobyl : bientôt vingt ans • Sortir du nucléaire a annoncé samedi la tenue d’une grande manifestation nationale, les 15 et 16 avril 2006 à Flamanville (Manche), où les pouvoirs publics ont prévu la construction d’une centrale de dernière génération. • Un rassemblement qui marquera également avec un peu d’avance le 20 e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Plusieurs milliers de manifestants antinucléaires se sont rassemblés samedi après-midi à Bar-le-Duc (Meuse), à l’appel du collectif Bure-Stop et du réseau Sortir du nucléaire, pour protester contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, une petite localité située aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne. Des études contestées Les manifestants se sont d’abord rendus au siège du conseil général pour déposer une pétition comptant 45 000 signatures d’habitants qui réclament un référendum local. Un débat public est actuellement en cours dans plusieurs villes de France, en prévision d’un projet de loi sur la gestion des déchets radioactifs qui doit être présenté en 2006 au Parlement. Plusieurs collectifs antinucléaires ont indiqué qu’ils n’y participeraient pas, le qualifiant de "tronqué et trompeur". Dans un prérapport remis en juin au gouvernement, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), en charge du laboratoire de Bure, a conclu à la "faisabilité de principe" d’un stockage souterrain "avec une confiance raisonnable". Les antinucléaires estiment eux que le site n’est pas géologiquement stable. --------------------------------------------------------------------------------------- 20 minutes - France - Lundi 26 septembre 2005

Le « non » au nucléaire des habitants de Bure

Les manifestants étaient venus de toute la France. Entr e 3 000 et 6 000 personnes Samedi à Bar- le- Duc. se sont rassemblées, samedi à Bar- le- Duc, pour s’opposer au projet de stockage souterrain de déchets radioactifs à Bure ( Meuse). Les manifestants, à l’appel des collectifs Bure- Stop et Sortir du nucléaire, ont déposé au siège du conseil général une pétition de 45 000 signatures d’habitants de la Meuse et de la Haute- Marne qui réclament un référendum local sur le sujet. Dans un prérapport publié en juin, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs a conclu à la « faisabilité » de l’opération à Bure. Erreur, pour le collectif Bure- Stop, qui estime que les garanties de sécurité sont insuffisantes, le site n’étant pas « géologiquement stable » . « Il y a de l’eau en soussol, il y a des failles, des risques sismiques existent » , a déclaré la porte- parole du collectif. Un projet de loi sur la gestion des déchets nucléaires doit être présenté au Parlement au cours de l’année prochaine. --------------------------------------------------------------------------------------- Le Figaro - 24 septembre 2005 Par Yann Wehrling, Secrétaire national des Verts.

Une forte majorité de Français est hostile à la présence d’un centre d’enfouissement de déchets radioactifs près de chez eux.

Le débat ne doit pas être enterré

Avec les Français, nous refusons que l’Etat enfouisse le débat sur le nucléaire comme il compte enfouir ses déchets. Aujourd’hui, à Bar-le-Duc, des milliers de manifestants se réunissent pour exprimer la colère de la population face à la machinerie inexorable qui a été mise en place pour enfouir le vrai débat avec la population sous un « pseudo-débat » dont l’issue est déjà, en grande partie, décidée, contre l’opinion de quasiment toute la population.

Selon un sondage mené par l’Ifop la semaine dernière (15 et 16 septembre auprès de 956 personnes selon la méthode des quotas), 88% des Français sont contre l’implantation de telles installations près de chez eux.

89% des Français souhaitent être consultés en cas de tels projets dans leur département. En Haute-Marne et dans la Meuse, une pétition menée au porte-à-porte par de simples associations locales pour demander un référendum départemental a déjà recueilli 45 000 signatures, sans susciter aucune réponse des responsables locaux, alors que la loi prévoit un seuil de 15 000 signatures pour une telle votation.

Intoxiqués par le lobbying intense et les arguments « réalistes » des entreprises bénéficiaires du nucléaire, les décideurs politiques ont hâte d’enfouir le débat sur le nucléaire en même temps que les déchets qu’ils ont produits. Car leur objectif est de faire passer un programme de construction massif de nouvelles centrales dans la foulée des présidentielles et ils ont peur que ce projet ne se politise.

Car ils savent que, malgré leur capacité d’action et de communication immense, leurs argumentaires ne « prennent » pas : une majorité (54%) des Français persiste à demander un arrêt progressif du programme nucléaire civil dans notre pays. Une fois de plus, on essaie de confisquer aux Français des choix qui engagent leur avenir, celui de leur descendance, sur des centaines ou des milliers d’années. C’est un peu comme si, à l’âge préhistorique, les néanderthaliens avaient enfoui des déchets qui nous empoisonneraient aujourd’hui !

Ce n’est pas possible. Ce n’est pas admissible.

Le débat est beaucoup plus ouvert qu’on ne le dit. Il existe des alternatives à l’enfouissement des déchets radioactifs en grande profondeur, telles que le stockage et la surveillance en subsurface sous contrôle démocratique, afin que l’in formation et la sécurité des générations futures soient assurées.

Le gouvernement s’agite beaucoup sur le sujet des énergies alternatives. Mais on en reste à des actions de vitrine pour ne pas simplement paraître impuissant face à la hausse des prix du pétrole. Qu’ont-ils fait depuis 2002 ? Nous avons un ministère de la « préoccupation environnementale » : on se préoccupe publiquement de ces questions, mais on ne s’en occupe pas. La vraie politique de l’environnement se fait à Bercy. Et tout le monde sait de quel côté est Bercy en matière de nucléaire.

Ce samedi, nous, les Verts, serons aux côtés de la population pour affirmer que, cette fois-ci, il faudra écouter cette méfiance et ce rejet profond du nucléaire dans notre pays.


Communiqué de presse du Réseau "Sortir du nucléaire" Samedi 24 septembre 2005

Plus de 6000 manifestants contre l’enfouissement des déchets nucléaires.

La population ne voulant pas des déchets radioactifs, la sortie du nucléaire s’impose !

Ce jour, samedi 24 septembre 2005, plus de 6000 personnes manifestent à Bar-le-Duc (Meuse) à l’appel du Réseau "Sortir du nucléaire", mais aussi de deux coordinations nationales contre l’enfouissement, regroupant respectivement des Collectifs citoyens et des Elus.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce :

- les projets d’enfouissement des déchets nucléaires, dans la Meuse* ET N’IMPORTE OU AILLEURS. L’enfouissement des déchets nucléaires est un véritable crime contre les générations futures ;
- la continuation de la production de déchets radioactifs : il est nécessaire d’arrêter au plus vite le parc nucléaire et de promouvoir les économies d’énergies et les énergies renouvelables ;
- la construction de nouveaux réacteurs (projet EPR) qui, s’ils voient le jour, ajouteront des quantités de déchets radioactifs à ceux qui existent hélas déjà.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce l’opacité et la désinformation qui, aujourd’hui comme hier, entourent le nucléaire, comme le démontre l’affaire du document "confidentiel défense" sur la vulnérabilité de l’EPR face à un crash suicide. Afin d’informer réellement la population sur le nucléaire, des rassemblements seront organisés lors de tous les débats publics qui vont avoir lieu jusqu’en février 2006 (qu’il s’agisse des déchets radioactifs ou du réacteur EPR), Une manifestation nationale aura lieu les 15 et 16 avril 2006 à Cherbourg, près du site choisi pour l’EPR, à l’occasion des 20 ans de Tchernobyl.

(*) 45 000 signatures ont été remises au Conseil général de la Meuse pour exiger un référendum départemental sur l’enfouissement des déchets radioactifs envisagé à Bure.