Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 A 24 ; position de l'Association des Naturalistes de la Gohelle - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Transports > Nos interventions > Collectif A 24 > A 24 ; position de l’Association des Naturalistes de la (...)

A 24 ; position de l’Association des Naturalistes de la Gohelle

mardi 7 mars 2006 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

L’Association des Naturalistes de la Gohelle considère que le projet de construction d’un nouvel axe autoroutier dénommé « A24 » est contraire à la notion de Développement Durable en France.

En effet, tous les indicateurs, qu’ils soient environnementaux, ou socio-économiques, montrent qu’il serait absurde, et irresponsable, de mener à bien un projet dont l’origine et la justification appartiennent à une autre époque (années 70).

Ce projet ne trouve en effet sa raison d’être que dans l’ignorance de ceux qui le prônent, et dans l’espoir absurde qu’ils ont de desservir économiquement leur secteurs propres. (le but du projet n’est en fait que la création d’un axe nord-sud, pays scandinaves - Espagne).

De plus, les arguments de désengorgement de l’actuelle A1 qui ne ferait que repousser de quelques mois le problème actuel, ne tiennent pas. En effet, ouvrir de nouveaux axes, permettrait l’expansion du parc déjà conséquent de camions et d’automobiles. Jusqu’où irons-nous alors ?

Les solutions sont ailleurs, alternatives, fluviales et ferrées, avec des moyens mis à disposition de tous (parking aux abords des gares, développement des transports en commun, des navettes, incitations financières...) pour enrayer durablement l’expansion sans cesse croissante et de façon exponentielle de la circulation autoroutière, tant pour les marchandises que pour les personnes.

Alors
- que le réchauffement climatique lié à l’effet de serre est bien réel,
- que le résultat du morcellement des territoires est identifié comme nuisible à la faune et à la flore,
- que la qualité de nos eaux de surface et souterraines est bien médiocre,
- que les nuisances sonores et aériennes sont clairement identifiées comme néfastes à notre vie quotidienne,
- que le carburant va devenir rare et cher,
- que la création d’un axe autoroutier a toujours eu pour effet la disparition des dessertes locales, la fragmentation de l’habitat, et donc la disparition d’une vie sociale et humaine locale, il est aujourd’hui grand temps de penser autrement, et changer notre mode de vie.

L’ANG soutient l’action du collectif contre l’A24, ainsi que la position de toutes les associations qui l’ont rejoint.
le 18 février 2006