Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 9èmes rencontres fluviales transfrontalières - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Transports > Les dossiers > 9èmes rencontres fluviales transfrontalières

9èmes rencontres fluviales transfrontalières

juillet 2009 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

Elles se sont déroulées le 17 juin 2009 à Comines Belgique en présence notamment de Slimane Tir, vice président de Lille Métropole Communauté Urbaine, président d’Espace Naturel Métropolitain.
C’est dire toute l’importance de sa présence sur le territoire transfrontalier à Comines pour témoigner de l’intérêt porté aux sensibilisations régulières menées par les associations organisatrices de la rencontre : Eco-Vie (belge), Environnement Développement Alternatif (française) et Escaut sans Frontières (Bruxelles).

La mise à grand gabarit de la Lys en lien avec la création de la liaison canal Seine-Nord Europe est unanimement souhaitée mais des divergences graves apparaissent à propos du nouveau tracé à cet endroit précisément.

Les associations soucieuses de la protection « prioritaire » des zones humides en application d’ailleurs de la Directive Cadre Européenne EAU n’ont de cesse de militer pour un élargissement de la Lys actuelle compatible avec le maintien de la zone humide remarquable. Par contre, le projet présenté par le MET (Ministère de l’équipement et du transport) prévoit un tracé nouveau, au cœur de la zone sensible avec dépôt des terres latéralement afin d’aménager une voie routière destinée à desservir une zone industrielle proche, ce qui signifie l’anéantissement complet de la zone patrimoniale et de futurs risques pour les riverains proches, côté belge.

Les 9èmes rencontres ont permis de réaffirmer l’intérêt que bon nombre d’Instances et d’élus portent à ce dossier et les paroles prononcées par le Vice président de LMCU « tous les projets doivent prendre en compte l’environnement... il faut réussir à trouver un compromis entre le développement du transport fluvial, une alternative à la route et la préservation de la biodiversité » ne peuvent que contribuer à renforcer des arguments déjà exprimés mais pour l’instant pas entendus par les instances décisionnelles et que nous ne manquerons pas d’exprimer à nouveau au moment de l’enquête publique.
C’est sous le soleil que les nombreuses personnes présentes ont participé à la balade proposée par Philippe Mouton, côté français cette fois pour découvrir toute la richesse de la biodiversité locale. Irène Tylski, passionnée de botanique, membre d’EDA s’est fait un plaisir d’enrichir les connaissances de chacun en matière de flore « sauvage ».
Un après midi convivial, un regain d’intérêt pour une initiative positive : la biodiversité de demain le long d’un axe fluvial européen !