Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 EDA et les déchets ménagers - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Déchets > Nos interventions > EDA et les déchets ménagers

EDA et les déchets ménagers

Compte rendus - propositions - interventions

2007 , par Anita Villers - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

1 - Au niveau européen

La Directive Déchets votée par le parlement le 13 février 2007 a hiérarchisé en cinq étapes le traitement des déchets : prévention, réutilisation des produits consommés, recyclage, récupération de l’énergie, mise en décharge des déchets non réutilisables.
Les autorités locales et régionales et les parties prenantes peuvent dorénavant s’y référer pour prendre les décisions les mieux adaptées à leurs territoires.

Le Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE) regrette cependant le manque de clarification apporté aux termes « valorisation » pour la mise sur le marché des produits et matériaux valorisés. De même aucune clarification n’a été apportée sur le terme « élimination » dans le cadre de la récupération efficace de l’énergie provenant des déchets.

C’est donc de l’interprétation des décrets d’application par les instances en charge de la gestion des déchets que dépendra « encore » la qualité des solutions adoptées localement.


2 - Au niveau national

L’édito rédigé par Nelly Ollin en mars 2007 pour annoncer la tenue des 9èmes Assises Nationales des déchets qui vont se dérouler à La Baule en septembre 2007 permet de connaître les constats et engagements du Ministère de l’Ecologie en matière de défis à relever à propos des déchets.
Prise de conscience individuelle à amplifier pour en réduire le tonnage, faciliter le réemploi, la valorisation pour préserver les gisements de ressources de la Planète, traiter localement (allusion aux problèmes de la Côte d’Ivoire) rien de bien nouveau mais il n’est pas mauvais de le préciser à nouveau à ce niveau.
La volonté de clarifier les responsabilités des producteurs ou des gestionnaires de déchets et celle de renforcer les dispositions pénales pour « punir beaucoup plus fortement les atteintes à l’environnement » montrent qu’une législation plus contraignante et surtout mieux appliquée est indispensable pour faire avancer les progrès dans ce domaine.

Là aussi, c’est sur la volonté politique des territoires et la veille citoyenne que repose la pertinence d’une gestion responsable des déchets.


3 - déchets ménagers en Métropole - compétence LMCU

Chaque année nous recevons le bilan du traitement des déchets et exprimons nos remarques dans le cadre de la commission consultative. Comme pour l’eau et l’assainissement, les documents nous sont parvenus trop tard. Nous avons été contraints de nous exprimer par courrier sans obtenir de réponses à nos questions pour le moment.

L’historique de la montée en puissance du gisement et en parallèle la diversification de son traitement montre l’importance d’une gestion bien menée à partir d’une information régulière et adaptée. Bientôt l’ensemble du territoire sera concerné par le tri sélectif. Lorsque le futur centre de valorisation organique assurera l’approvisionnement en biocarburant d’une large partie de la flotte des bus urbains, la Métropole confirmera son statut de pionnière en la matière tout comme elle l’a été lors de la mise en place du premier centre de tri sélectif à Halluin en 1994. LMCU n’oublie pas pour autant de sensibiliser à la nécessaire réduction à la source.


Questions/ suggestions

La mise en service de Triselec Lille et des installations du CVO sont deus étapes importantes qui viennent d’être franchies. La prochaine est la mise en chantier de la valorisation de l’important gisement que constituent les encombrants : le fait de les trier, de réemployer les matériaux devrait permettre de financer en partie une gestion plus « pertinente ». grâce aux frais de mise en décharge évités. Même remarque pour près de 20 000 tonnes constituées de déchets assimilables aux ordures ménagères qui sont encore incinérés : nous sommes étonnés qu’un tel gisement n’ait pas pu être valorisé jusqu’à présent et supposons qu’il le sera dès 2008 lorsque le nouveau centre de Lille sera pleinement opérationnel.

Pour les habitants déjà « habitués » aux tris depuis plusieurs années, il nous semble qu’il serait intéressant de rappeler les « consignes » d’autant que de nouveaux déchets liés à de nouvelles pratiques de consommation ou à de nouveaux produits mis sur le marché peuvent semer le doute. Ces informations pourraient être insérées dans un n° de Lille Métropole ou dans les bulletins municipaux locaux. Elles constitueraient une opportunité pour « reparler » du tri dans les collectivités, les établissements scolaires, centres de loisirs. Cela contribuerait sans doute à faire baisser les « refus de tris ».

Si les déchets verts empruntent la voie d’eau d’Halluin à Sequedin, nous ne pouvons que regretter le fait que depuis le 1er juin 2007 25.000 tonnes de verres reprennent la route pour rejoindre Wingles. Deux « ruptures de charges » sur une distance fluviale trop courte génèrent des coûts supérieurs aux coûts routiers plus attractifs de 20% : ils ne prennent pas toujours pas en compte les « coûts globaux » engendrés par ce mode de transport ni les hausses à venir du carburant !

Nous espérons que bientôt toutes les administrations et collectivités n’utiliseront QUE du papier recyclé « à proximité » évitant ainsi des coûts de transports longue distance sans parler des destructions de forêts !

A quand de nouvelles assises des déchets ? Quid de la généralisation des opérations de réduction des déchets à la source ?


Regrets

Même si les camions de collecte roulent de plus en plus avec du Gaz naturel, nous déplorons à nouveau que le site d’Halluin n’ait pu être complété par une production locale de méthane ou biocarburant à partir de boues de stations d’épuration, lisiers et déchets verts, de cantines locaux pour alimenter aussi une partie de la flotte de bus versant Nord - Est.

Lille Métropole n’est-elle pas pionnière dans bien des domaines pourquoi pas celui-là aussi face à un pétrole ou du gaz de plus en plus onéreux ??