Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Tiré de « 80 hommes pour changer le monde » Sylvain Darnil - Mathieu Le Roux - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Société > Littérature > Tiré de « 80 hommes pour changer le monde » Sylvain Darnil - Mathieu Le (...)

Tiré de « 80 hommes pour changer le monde » Sylvain Darnil - Mathieu Le Roux

Prix littéraire Droits de l’Homme 2005

2009 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

Docteur Venkataswamy, octogénaire dirige encore l’hôpital de soins oculaires de Madurai (Inde). Plus de cent mille patients sont passés entre ses mains malgré la déformation de ses doigts : une très grave arthrose le ronge depuis plus de cinquante ans.
Fils d’un fermier, il passe ses journées à aider aux champs. Ce n’est qu’à la tombée de la nuit qu’il peut utiliser le temps qui lui reste pour apprendre à lire et à écrire, à même le sol, sur la terre battue. Ses efforts lui permettent d’entrer à l’université. Il y décroche en 1944 un diplôme de médecine. Peu de temps après, il est victime de très sévères crises d’arthrite déformante. De terribles séquelles le poursuivent encore actuellement, ses doigts sont tordus, sa démarche difficile et sa souffrance aussi intense que silencieuse.
Incapable alors de pratiquer l’obstétrique à laquelle il se destinait, il se forme tout seul à la chirurgie ophtalmique. Malgré son handicap il devient l’un des meilleurs chirurgiens d’Asie et opère quotidiennement des dizaines de patients. Il se bat pour obtenir des fonds afin de monter des camps mobiles, unique moyen selon lui, d’atteindre et de soigner les patients les plus pauvres dans les villages reculés. Cette première initiative réussit.
Il monte son propre hôpital, l’Aravind Eye Hospital, onze lits en 1976 plus de 100 deux ans plus tard. Il y applique un modèle inédit : les patients qui peuvent payer sont facturés à un prix normal pour pouvoir financer les deux tiers qui sont opérés gratuitement... Un problème demeure : pour réaliser l’opération de la cataracte, les chirurgiens doivent acheter des lentilles à des prix prohibitifs.

David Green, un Américain partenaire de longue date de l’hôpital, s’occupait de récupérer gratuitement des lentilles auprès de fabricants sensibilisés à sa cause. En 1992, il parvient à créer Aurolab, à but non lucratif et produit grâce à des ophtalmologistes, des scientifiques à la retraite et des chercheurs les premières lentilles très bon marché. Chaque jour, 2800 lentilles sortent des usines à des prix unitaires de 5 dollars.

S’inspirant de la « technique McDonald’s, le docteur V met au point une méthode ingénieuse : les patients opérés ne restent que quelques heures, les matériaux utilisés pour les lits et les chambres sont locaux et peu chers, les équipes opèrent plusieurs patients dans chaque salle, l’intervention achevée sur l’un, le chirurgien se retourne et commence sur l’autre pendant que les infirmières terminent et font entrer le suivant. Les coûts passent de 1700 dollars aux Etats-Unis à 10 dollars à Madurai !

Désormais, 25 camps mobiles par semaine sont organisés, 5 hôpitaux accueillent 1 500 000 patients chaque année. Seuls 35% payent le prix normal pour financer l’ensemble. Aravind est considéré comme l’un des centres mondiaux d’expertise en chirurgie ophtalmologique et l’OMS en a fait son hôpital modèle de lutte contre la cécité. Suivant le même modèle, des hôpitaux ont été montés au Cambodge, au Népal, en Egypte ou au Malawi.
David Green est devenu, quant à lui, un croisé du transfert de technologies du Nord vers le Sud. Il a transposé le modèle des lentilles aux appareils auditifs, aux médicaments de trithérapie.
« Oui il est possible de produire des traitements à bas prix, de bonne qualité, sans casser les brevets ». Quant au docteur V. il nous rappelle humblement, au crépuscule de sa vie, le long chemin qu’il reste à parcourir pour éradiquer définitivement la cécité à travers le monde.