Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Bilan de 2005 - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > L’association EDA > Bilans des activités d’EDA > Bilans annuels > Bilan de 2005

Bilan de 2005

2006 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

L’année 2005 a surtout été consacrée à l’EAU : suite à l’appel à projets lancé par l’Agence de l’Eau Artois Picardie dans le cadre de l’application de l’article 14 de la Directive Cadre Européenne de l’Eau (DCE), nous avons poursuivi et amplifié l’un de nos objectifs majeurs à savoir : sensibiliser à l’importance de l’eau et informer pour rechercher les solutions les plus adaptées vers une reconquête de qualité pour toutes les « masses d’eau » à l’horizon 2015.
Trois conférences ont été proposées : les Affaissements miniers et leurs conséquences hydrauliques et géotechniques à long terme - Enjeux et insuffisances de la nouvelle loi sur l’eau - Les acteurs de la renaturation des berges de la Becque à Neuville en Ferrain. L’exposition Eau, enjeu du 21ème siècle créée en 1998 a continué à jouer son rôle de support précieux pour engager un dialogue à propos des problèmes liés à la gestion de l’eau et évoquer les comportements à adopter pour atteindre l’objectif fixé.

L’ENERGIE est restée aussi l’une de nos préoccupations majeures puisque la décision gouvernementale de poursuivre la production d’électricité par la filière nucléaire nous a mobilisés pour dénoncer le manque de débat sur les choix énergétiques du futur, sur la gestion des déchets hautement radioactifs et le transport de l’électricité à partir de la future centrale de Flamanville. Cette option du quasi « tout nucléaire » n’est pas la solution pour limiter les effets des rejets de gaz à effet de serre et respecter le protocole de Kyoto. La maintenance, les transports liés à la production d’électricité nucléaire produisent des gaz à effets de serre. L’essentiel des mesures à prendre concerne néanmoins surtout les transports routiers qui continuent à augmenter !
La décision arbitraire de construire la Liaison Autoroutière Amiens Lille Belgique (A 24) montre bien l’absence de concertation en matière d’aménagement du territoire. Nous ne pouvons que dénoncer le paradoxe entre les objectifs du Plan Climat pour éviter les rejets dans l’atmosphère et la poursuite d’une politique de transport qui valorise surtout la route !

EDA a continué à participer aux groupes de réflexion sur les mesures à envisager lors de situations post accidentelles graves et a rejoint ceux de l’Association Nationale des Commissions Locales d’Information du fait de la complémentarité des travaux élaborés notamment en matière d’exigence de transparence des informations données aux citoyens concernant les activités à haut risques. Les rencontres sont fort intéressantes et favorisent la constitution de réseaux au niveau national, l’ambition étant de les étendre au niveau européen.

Conseil de développement : notre engagement au collège sociétal et au bureau a été reconduit en 2005. C’est un volet important de notre activité car les commissions sont nombreuses. Nous intervenons notamment au sein de la commission Habitat qui a été très sollicitée en 2005 pour donner des avis à propos de la prise de compétence LMCU sur ce domaine puis sur l’élaboration du Plan Local Habitat. EDA représentait le collège sociétal aux côtés du président du Conseil de développement lors de la présentation officielle de l’Agenda 21. Nos propositions et remarques sont toujours intégrées aux dossiers remis à LMCU.
Espace Biotique : cet outil innovant connaît des difficultés du fait d’une reconnaissance certes acquise mais pas « utilisée » suffisamment par les Instances locales et régionales. Valérie Bert et Anne Cécile Mariet ont consacré beaucoup de temps à essayer de trouver les meilleures solutions possibles pour aider l’association à surmonter les handicaps momentanés dûs au non respect par Metaleurop SA de la Convention signée en 2002 en Préfecture de Lille (versement de 610 000 euros pour poursuivre la recherche), et aux délais liés au versement de subventions.
Conseil Communal de Concertation de la Ville de Lille : André Populaire nous représente avec assiduité à la commission équipement et cadre de vie Relations avec la MNE : Olivier Adalbéron, trésorier, représente l’association au conseil d’administration de la MNE et participe aux assemblées générales souvent très « denses ». Mireille Havez assiste aux rencontres sur les évaluations de la participation des associations aux instances de concertation et aux réunions concernant le positionnement commun sur de grandes questions telles l’énergie avec Gildas Lesaux ou le logement avec André Populaire ainsi qu’à quelques soirées Dix Mots Dits.
Françoise Giroux intervient au sein des projets Naturenville et ceux de la Ville de Lille, Lille Ville Nature et assiste aux rencontres du Groupe Mares du Conservatoire des Sites Naturels. Françoise Poisson nous représente au Centre Ressources Du Tiers Monde ce qui nous a permis de rencontrer cette année une délégation brésilienne venue évoquer les problèmes générés par la route transamazonienne notamment. Grâce à Christine Poulain nous continuons aussi à nous informer sur les problèmes Palestiniens. Nous tenons beaucoup au maintien de ces rencontres qui marque notre souci d’être attentifs aux autres, solidairement.
INFORMER reste notre priorité : le rythme de parution des Bouffée d’air a été maintenu grâce à l’efficacité de Nathalie Pailleux qui a dû surmonter à la fois surcroît de travail personnel et problèmes informatiques. Trois numéros ont été consacrés aux actions menées dans le cadre de la DCE, complétés par des informations sur l’eau au niveau local et mondial. Les animateurs de l’émission de radio La Mauvaise Herbe ont abordé avec une ponctualité exemplaire les thèmes d’actualité en liaison avec nos propres engagements sous la houlette de Valérie Bert sereine et épanouie du fait de l’arrivée de Manon, déjà bien au fait de l’actualité d’EDA ! Le site internet www.eda-lille.org s’enrichit peu à peu, pas assez dira Pierre Pottier qui continue à nous encourager pour faire mieux encore. Son rôle a été déterminant pour que nous franchissions ce mode de communication incontournable aujourd’hui. Les visites du site augmentent il nous faut poursuivre, il a raison !
Regrets : nous n’avons pas pu maintenir une vigilance citoyenne active à propos de l’appétit croissant de l’Organisation Mondiale du Commerce et donc la mise en place progressive de l’Accord Général sur le Commerce des Services.