Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Bilan de 2009 - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > L’association EDA > Bilans des activités d’EDA > Bilans annuels > Bilan de 2009

Bilan de 2009

2010 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

Les liens électroniques estompent les distances et nous permettent d’être reliés en permanence. De ce fait, la dispersion géographique de plusieurs de nos membres liée à l’emploi, l’engagement d’autres au sein de leurs propres structures démultiplient le rayonnement de l’association et contribuent à enrichir notre implication citoyenne grâce à de nouvelles approches. C’est ainsi que l’émission de radio La Mauvaise Herbe peut à la fois être pilotée à distance et localement grâce aux nouveaux membres qui nous ont rejoints. Il en est de même pour le journal Bouffée d’air ! Nos vecteurs de communication « voguent » sur internet !

Nous nous sommes rapprochés de l’association Magdala de Lille/Wazemmes : une réflexion sur une tarification plus équitable de l’eau s’est engagée et l’idée de constituer un collectif sur ce thème fait son chemin. A partir des problèmes et préoccupations exprimées par des personnes en situation précaire, à partir d’expériences déjà menées dans d’autres villes, nous préparons un dossier argumenté en vue de rencontrer les élus de Lille Métropole sur ce thème et dans le cadre de l’Agenda 21 lillois, nous avons proposé d’être acteur relais sur ce même thème.
Au sein de la MRES nous participons à la rédaction des textes d’expression coordonnée, avons participé à divers évènements « phares ». Quant aux ateliers développement durable et Plans climats LMCU et Régionaux, Agenda 21 Ville de Lille, rencontres organisées par l’APPA (Association Prévention Pollution Air) nous représentons EDA et/ou la MRES selon les disponibilités de nos agendas.
Nous avons poursuivi nos engagements au sein des structures et instances dont nous sommes membres ou partenaires : le conservatoire des sites naturels du Nord Pas de Calais, le Conseil Communal de Concertation de Lille, la Commission Information Suivi et Innovation Resonor. Au sein du conseil de développement nous participons à la commission communication, et au titre de la commission Développement Durable, sommes intervenus lors du grand débat organisé par LMCU pour présenter les dix propositions « phares » élaborées en écho à la tenue du Sommet de Copenhague. EDA fait aussi partie du Forum de l’Eurométropole (conseil de développement transfrontalier aux côtés de l’Eurométropole Lille Tournai Courtrai).

En septembre nous avons inauguré une nouvelle exposition Vers une nouvelle mobilité ? En effet, bien souvent c’est par obligation que nous nous déplaçons. Est-il indispensable que les marchandises parcourent tant de kilomètres ? Pouvons-nous passer d’une culture du transport sans limite à une culture de la mobilité choisie ?...
Un poster du projet Halluin3R a été présenté au congrès national de l’ADEME Sites et Sols pollués en octobre. La décision récente de LMCU de financer le salaire d’une chargée de mission devrait permettre aux recherches liées aux pollutions des sols par les dioxines liées à l’incinération de prendre sous peu leur envol !
Une étudiante a pris le relais concernant l’appropriation du risque effondrement par les habitants de Lille Sud, mission confiée par la Ville de Lille à EDA et prépare une importante réunion à ce sujet pour l’automne 2010.

Le temps fort de l’année a été la préparation et surtout la tenue d’un colloque sur un thème jamais abordé : celui de l’implication des citoyens et des acteurs locaux sur la gouvernance des risques majeurs : nucléaires notamment... Toute l’année, le journal Bouffée d’air a publié les compte- rendus des rencontres nationales auxquelles EDA participe. Le transfert récent de nouvelles compétences vers les collectivités locales implique de nouvelles responsabilités notamment celles de gérer une éventuelle situation post-accidentelle nucléaire jusque là du domaine de l’Etat : ce dernier gérerait dorénavant essentiellement la phase d’urgence. Il nous a semblé opportun d’évoquer un sujet particulièrement délicat dans notre Pays puisqu’il n’a pas été abordé lors des Grenelle l ni 2. Pourtant la décision de prolonger la durée de vie des réacteurs dans un contexte de libéralisation du marché de l’électricité pose question.
Cette initiative n’est pas contradictoire avec notre souhait de sortir du nucléaire et de valoriser toutes les alternatives d’efficacité énergétique, d’économie d’énergie et de montée en puissance des énergies renouvelables. Les actes du colloque sont sur le site www.eda-lille.org

Les nombreux contacts que cet évènement a générés, les questions posées, les attentes citoyennes mais aussi celles d’élus engagés dans la préparation des plans communaux de sauvegarde nous propulsent dans une spirale ascendante, riche certes mais qui nous demandent de nous investir plus encore ce qui signifie que nous avons besoin de renforts... !