Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Le témoignage d'Estelle - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > L’association EDA > Témoignages > Le témoignage d’Estelle

Le témoignage d’Estelle

vendredi 20 août 2010 , par Estelle D - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

J’ai rencontré l’association EDA alors que je cherchais un stage de trois mois. Il s’agissait d’un stage que je devais effectuer dans le cadre de mon Master 1 (un Master d’aménagement, d’urbanisme, et de développement des territoires, en spécialité écodéveloppement, à l’IAUL). C’est en parlant avec deux amies à propos de la recherche d’un stage, que j’ai appris qu’il existait une association, à Lille, engagée dans la cause environnementale : Environnement Développement Alternatif. J’ai alors pris contact avec Anita Villers, la Présidente de l’association. Elle m’a rapidement donné rendez-vous, avec, en prime, une proposition de stage.

La mission consistait à travailler en partenariat avec le Service Risques Urbains de la mairie de Lille, sur la réappropriation du risque effondrement du sol dans les quartiers de Lille-Sud et de Lille-Moulins. Il s’agissait de trouver des solutions pour permettre aux différents protagonistes en lien avec ce risque (les habitants, les techniciens-ingénieurs, et les élus) de mieux connaître le problème et d’agir en conséquence. En effet, malgré l’existence de ce risque, celui-ci n’était pas vraiment pris en compte. Par conséquent, j’ai pris contact avec un certain nombre de personnes, et proposé des solutions envisageables pour mieux intégrer le risque effondrement de terrain dans l’aménagement du territoire et dans la communication auprès des habitants, des élus et des techniciens.

Une fois le stage terminé, j’ai gardé contact avec Anita Villers, et suis devenue membre de l’association. Nous nous sommes effectivement très bien entendues. En conséquence, j’ai proposé à l’association, ainsi qu’au Service Risques Urbains de la mairie de Lille, de rester à leur disposition pour compléter, si besoin, les approches concernant le risque effondrement du sol à Lille. Et bien sûr, que je répondrai présente si l’association avait besoin d’aide. C’est alors que pour les vacances d’été, Anita Villers m’a demandé de m’occuper du site internet de l’association, de l’actualiser, de classer quelques articles, bref, de faire un petit travail sur le web avec Nathalie Pailleux, l’administratrice du site (ce que j’ai bien sûr accepté).

Ma rencontre avec EDA est une chose, mais le point principal de mon témoignage, et je souhaite que cela encouragera toutes les personnes sensibles aux thèmes de développement durable, de société, de protection de l’environnement..., c’est que j’ai vu que le combat pour le mieux être de la planète, et donc de ses habitants, n’était pas une cause perdue d’avance. Beaucoup de personnes s’intéressent à ces thèmes mais désespèrent face à certains comportements et n’osent s’engager. Il ne faut pas baisser les bras : des groupes comme EDA, il en existe beaucoup (le nombre d’associations à la MRES en témoigne...). Et ces groupes sont actifs, jouent un rôle essentiel, celui de donner un avis, celui de citoyens qui s’engagent, s’intéressent à la vie de leur territoire. Ils sont écoutés par les élus, par des personnes qui ont le pouvoir de donner des décisions. Si vous voulez que votre parole soit entendue, je vous conseille de vous diriger vers ces associations. Outre le vote ou la signature de pétitions, les associations sont un relais précieux pour tenter, à notre échelle, de changer le monde. Mais avant de vouloir changer quoi que ce soit, et ce sera le mot de la fin, changez-vous vous-mêmes (vos habitudes de consommateurs, de citoyens...). Ca fait du bien.

Voir en ligne : Brève présentation de la mission