Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 De la chaleur grâce aux eaux usées : des initiatives à encourager - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Energie > Energies nouvelles > De la chaleur grâce aux eaux usées : des initiatives à encourager

De la chaleur grâce aux eaux usées : des initiatives à encourager

vendredi 22 juillet 2011 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

Chauffer des logements en récupérant des eaux usées : la ville de Nanterre a inauguré en mars 2011 la pose d’un échangeur thermique sur le premier réseau français de chaleur alimenté par la récupération calorifique des eaux usées pour chauffer un éco-quartier. « C’est une première en France ! Nanterre est désormais l’une des communes françaises les plus en pointe en matière de production de chaleur à partir des énergies renouvelables (EnR) » a déclaré le maire.

Inscrit dans le cadre du Plan Climat Territorial (PCT) lancé en février 2007 par cette agglomération de l’Ouest parisien, ce réseau de chaleur est destiné à fournir aux 650 logements neufs dont 360 en accession à la propriété à prix maîtrisés ou encadrés plus de 50 % de chaleur provenant d’énergies locales et renouvelables tant pour le réseau de chauffage que celui d’eau chaude sanitaire.

« Eaux usées/géothermie/gaz de ville : le bouquet énergétique est composé à 26 % par des énergies renouvelables et de récupération. Le réseau de chaleur de l’éco-quartier récupère les eaux usées des cuisines, des salles de bains et les eaux usées du réseau d’assainissement du Conseil général. La valorisation calorifique des eaux usées est d’autant plus intéressante qu’en l’espace de dix ans, leur température a grimpé d’environ 4°C grâce aux multiples économies réalisées sur l’eau froide (installation de mitigeurs, de chasses d’eau économiques...) » En appoint, pour répondre aux pointes de consommation, le complément de chaleur sera produit par une géothermie sur nappe à faible profondeur (70 à 90 m) qui bénéficie d’une température d’eau in situ de 14° C. En outre, pour l’appoint de secours, trois chaudières sont prévues, alimentées par la centrale de production de gaz. Au final, le futur éco-quartier implanté dans un tissu urbain dense, sera chauffé à 39 % par la valorisation des eaux usées et 14 % par la géothermie. Le dispositif devrait permettre d’économiser 13500 tonnes d’émissions de CO2. Aujourd’hui, ce dispositif fonctionne à la piscine de Levallois-Perret (commune voisine de Nanterre), à l’hôtel de ville de Valenciennes, à l’hôtel de communauté à Bordeaux pour le chauffage et le rafraîchissement ou encore dans une école à Paris et bientôt dans d’autres lieux très certainement !

Voir : http://www.youtube.com/watch?v=SLHF...