Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Mauvaise nouvelle : assassinat de José Cláudio Ribeiro da Silva et Maria do Espirito Santo - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Actualité > Internationales > Mauvaise nouvelle : assassinat de José Cláudio Ribeiro da Silva et Maria do (...)

Mauvaise nouvelle : assassinat de José Cláudio Ribeiro da Silva et Maria do Espirito Santo

samedi 3 septembre 2011 - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

“Ils veulent me faire ce qu’ils on fait à Chico Mendes à Acre (leader environnementaliste assassiné en 1988), ils veulent me faire ce qu’ils ont fait à Sœur Dorothy Stang (missionnaire américaine assassinée à Pará en 2005). Je peux être en train de vous parler aujourd’hui et dans un mois vous lirez dans les journaux que j’ai été assassiné", José Cláudio Ribeiro da Silva


Hélas « trop » de militants perdent la vie pour tenter de sauver leur sol, leur forêt. Leur rendre hommage est une façon modeste mais ténue pour permettre à leurs proches, leurs amis de poursuivre leur lutte. Plus l’information circule, plus nous sommes nombreux à dénoncer les agissements de promoteurs sans scrupules, plus la résistance s’organise et quelques victoires se concrétisent !

Et hélas, la prophétie de José Claudio Ribeiro da Silva s’est réalisée six mois après avoir été formulée devant un public international lors d’une conférence en Amazonie.
« Honte au Brésil » peut-on lire dans de nombreux éditos. En effet, le récent assassinat de José Cláudio Ribeiro da Silva et Maria do Espirito Santo, un couple d’écologistes connus comme les “défenseurs de la forêt” pour leur combat contre la déforestation et les exploitations forestières illégales commencé en 2008 a choqué le pays.
Le couple a été abattu mardi 24 mai 2011 dans une embuscade près de leur maison à Nova Ipixuna, dans l’état de Pará. Les soupçons se portent sur des tueurs engagés par les exploitants forestiers de la région, dérangés par la surveillance que le couple menait pour la préservation des forêts de Praia Alta Pirandeira, une région de 22 000 hectares où 500 familles vivent de la récolte de châtaignes et de l’extraction d’essence d’arbres.

Cette information nous a été transmise par Bernard Hennion, que nous connaissons bien. Nous partageons son émotion : « Référent pour la protection des forêts anciennes du groupe local de Greenpeace Lille depuis 10 ans, en passe de céder ma fonction, je reçois cette information comme un coup violent. Mon combat, certes, beaucoup moins risqué ici à Lille où arrive une partie du bois "exotique" comme dans le reste de la France, rejoint celui d’écologistes comme José Cláudio Ribeiro da Silva et Maria do Espirito Santo qui ont payé de leur vie pour défendre la forêt. Ici, en Europe, peu de gens ont conscience que c’est le sort de l’humanité qui est en jeu avec la destruction de l’Amazonie, sa désertification. Le combat continue pour les générations futures »

Bernard Hennion 2 juin 2011

Source de la photo : 2.bp.blogspot.com