Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Lille Métropole : nouvelle gestion des encombrants, pourquoi ? - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Thèmes > Déchets > Les dossiers > Lille Métropole : nouvelle gestion des encombrants, pourquoi (...)

Lille Métropole : nouvelle gestion des encombrants, pourquoi ?

mardi 10 janvier 2012 , par Anita Villers - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

90% de ces déchets encombrants sont enfouis, 10% sont destinés à la valorisation énergétique via l’incinération. Cela représente environ 60.000 tonnes de déchets encombrants collectés en porte à porte en 2010.

Ces constats avaient fait l’objet de remarques de notre part il y a quelques années déjà, lors d’une des réunions de la commission consultative. Il nous avait été dit que la mise en œuvre de la valorisation des encombrants serait effective dès que le territoire métropolitain serait maillé de déchèteries en nombre suffisant afin que la montée en puissance de la valorisation matière soit optimale. 9 déchèteries sont déjà à disposition des métropolitains, à courte distance. D’autres déchèteries sont en projet :
- Seclin en 2013
- Mons en 2013/2014
- 1 dans le secteur de Villeneuve d’Ascq et 1 dans le secteur d’Haubourdin.

Les réglementations sont dorénavant plus strictes en matière de mise en décharge : les coûts de ce mode d’élimination augmentent régulièrement (transport/gestion des centres de stockage). Les innovations technologiques permettent de valoriser davantage de matières qui demain s’avèreront rares et précieuses. Il est désormais évident que l’incinération ne doit plus représenter que le dernier recours, lorsque toutes les autres solutions ont été envisagées.

Ces dépôts devenaient en outre dangereux du fait de la désinvolture de certains adeptes de brocantes ou de reventes de matériaux éparpillant sans scrupules ce dont ils n’avaient pas besoin. Des actes générant l’encombrement des trottoirs voire de la voierie ce qui n’était pas sans poser pour les maires des communes concernées un problème de sécurité publique !

Dès Janvier 2012, Lille Métropole entame donc le dernier volet de la politique de gestion des déchets, celui de la valorisation des gisements « encombrants ».
Si cette décision a de suite suscité beaucoup de questions voire de critiques parfois véhémentes de la part de certains habitants des 33 communes concernées par la nouvelle gestion, de notre côté nous nous réjouissons d’une décision que nous attendions avec une certaine impatience !
La prochaine étape concernera la collecte des déchets encombrants dans les grands ensembles d’habitat collectif et la création de points d’apport volontaire pour les déchets verts.

A nous maintenant de nous impliquer pour faire davantage prendre conscience des gâchis de matières que représentent ces gisements et de toute l’importance de la récupération, de la réparation pour permettre une seconde vie à certains matériaux.
S’il nous fallait citer qu’un seul exemple c’est celui de l’association Le Relais qui produit aujourd’hui de manière industrielle du feutre destiné à l’isolation de bâtiments et ce, à partir des quantités collectées chiffons, textiles et vêtements jugés impropres à la revente dans les magasins second choix.

Se rendre dans la déchèterie proche de son domicile serait-ce de l’héroïsme ou tout simplement de la responsabilité citoyenne assumée ? Tout est fait pour nous faciliter la tâche. Voici d’ailleurs les messages qui sont diffusés par LMCU et Esterra, l’opérateur en charge du transport. _"Avant, les encombrants c’était un jour par mois et des trottoirs encombrés dans tout le quartier ! Aujourd’hui, tout est plus simple : vous prenez rendez-vous et nous venons chercher vos déchets volumineux. Plus de trottoirs remplis d’obstacles et davantage de possibilités de recyclage et de réemploi."

Cela concerne tout ce qui est volumineux tel : mobilier, literie, déchets issus du bricolage familial, branchages en fagots, gros équipement électroménager ou électronique : machine à laver, téléviseur… encore que... lorsque l’on achète un nouveau matériel encombrant livré par le vendeur, ce dernier est tenu de reprendre l’ancien, ce qui limite déjà beaucoup les quantités à enlever chez les particuliers. Il suffit de convenir par téléphone d’un rendez-vous, les nombreux dépliants distribués comportant bien sûr toutes les informations adéquates. Les coûts évités par les mises en décharge seront investis en création d’emplois pour les tris à effectuer.

La valorisation matière est l’un des objectifs majeurs poursuivis mais les trois autres ont aussi leur importance à savoir : la réduction de l’impact négatif sur la propreté de l’espace public, la maîtrise des coûts de collecte et de traitement et l’amélioration de la qualité du service offert. Ce dernier point semble encore mal admis par les futurs usagers car il nécessite un changement d’habitudes « acquises » et pratiquées depuis fort longtemps.

Savoir changer d’habitude parce que bien informé... c’est être acteur au sein de « son » territoire !