Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/eda-lille.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Fukushima : Redémarrage des centrales nucléaires au Japon - Environnement et Développement Alternatif

Accueil du site > Actualité > Internationales > Fukushima : Redémarrage des centrales nucléaires au Japon

Fukushima : Redémarrage des centrales nucléaires au Japon

mercredi 25 juillet 2012 , par Nathalie - envoyer l'article par mail - - fontsizeup fontsizedown

Le gouvernement japonais a décidé le 16 juin dernier de redémarrer deux réacteurs nucléaires, un an après la catastrophe de Fukushima.

Sur 54 réacteurs, 14 ont été arrêtés par le séisme du 11 mars 2011. En mai 2011, le premier ministre de l’époque a ordonné l’arrêt immédiat de la centrale de Hamaoka située sur une faille. Les autres réacteurs ont été arrêtés les uns après les autres après 13 mois de fonctionnement pour remplacer une partie du combustible et assurer la maintenance. Le dernier s’est arrêté le 5 mai 2012.

La décision de redémarrer les centrales a suscité de vives manifestations de la part des élus locaux et de la population. Il est demandé au préalable de faire toute la lumière sur la catastrophe de Fukushima.
Mais à l’approche de l’été, la demande se faisait plus forte à cause de la climatisation. Des stress-test ont été organisés par le gouvernement pour aller plus vite. Il s’agit d’exercices de simulation numérique sur un réacteur virtuel qui ne permet en rien de garantir la sûreté des réacteurs réels. De nouveaux standards de sécurité ont été entérinés en deux jours ! KEPCo (Kansai Electric Power) a soumis un rapport expliquant qu’il satisfaisait à ces nouveaux critères pour sa centrale d’Ôi et il n’a fallu que peu de temps au gouvernement pour se décider. Quelques élus locaux ont été consultés mais pas la population. Tous les vendredis, des manifestations ont pourtant lieu devant la résidence du premier ministre japonais. Elles réunissent 150 000 personnes (21 000 selon la police) et leur nombre grandit. La plus forte manifestation a eu lieu ce lundi 16 juillet, jour férié au Japon, c’étaient 170 000 personnes qui s’étaient rassemblées dans le parc de Yoyogi à Tôkyô (75 000 selon la police) pour s’opposer au redémarrage des réacteurs. C’est la plus grosse manifestation anti-nucléaire de l’histoire du Japon.

Finalement, Le réacteur n°3 d’Ôï a redémarré le 1er juillet et atteint sa pleine puissance le 9. Le redémarrage du réacteur n°4 est en cours depuis le 18 juillet. Après de longues tractations avec l’opposition, le parlement japonais a réussi à s’entendre sur la nouvelle autorité de sûreté nucléaire qui devrait être mise en place à l’automne. En attendant, les réacteurs d’Ôï satisfont très partiellement à des critères de sûreté provisoires. Pourtant d’après deux sismologues japonais réputés, sous cette centrale se trouverait également une faille sismique, inactive selon l’exploitant. Un rapport a été demandé officiellement le 18 juillet par l’autorité de sureté japonaise (la NISA) à KEPCo au sujet de cette faille avant la fin du mois, mais les réacteurs n’ont pas pour autant été arrêtés…

Le gouvernement ne veut pas s’arrêter là. Il commence déjà à annoncer qu’il y aura une pénurie cet hiver à Hokkaïdô, la région la plus froide du pays si l’on ne redémarre pas de réacteurs nucléaires sur cette île. Même TEPCo n’a pas renoncé à redémarrer un jour sa centrale de Fukushima daï-ni, située à 12 km de celle accidentée de Fukushima daï-ichi !

A suivre de très près !!!

Source : ACRO site de suivi de l’activité nucléaire au Japon www.acro.eu.org