Partout, les terres s'épuisent et risquent de ne plus pouvoir nourrir l'humanité : érosion des sols, productions intensives, usage massif de la chimie ou encore progression inexorable du béton des villes et des routes qui stérilise à jamais notre bonne vieille glèbe. La terre est une ressource non renouvelable.

Rares sont ceux qui tirent la sonnette d'alarme.

« L’état des sols en France, en Europe et dans le monde est assez désastreux. Nous avons connu une chute extrêmement importante. En 1950, il y avait 4% de matière organique dans les sols. Nous sommes descendus à 1,4%. On ne peut plus descendre en dessous de ce niveau », prévient Lydia Bourguignon, fondatrice avec son mari, Claude, du Laboratoire d’analyse microbiologique des sols (Lams), spécialisé dans les techniques de préservation des sols agricoles.

Au niveau international, européen, et plus récemment en France « l’agriculture regagne du terrain dans et autour des villes – le grand potentiel alimentaire de proximité ». C’est déjà une réalité en de nombreux endroits dont les plus connus sont Montréal, Munich… et en France, Paris, Strasbourg, Rennes, Albi.. et pourquoi pas  Lille ?

Association Halluin 3R - Réhabilitation Réseau Recherche

Association Halluin 3R – Réhabilitation Réseau Recherche

Forte des acquis de l’expérience Metaleurop, EDA a été à l’initiative dès 2003 de recherches concernant la dépollution de sols contaminés par des dioxines à Halluin à proximité d’un ancien incinérateur d’ordures ménagères : un long parcours pour convaincre les financeurs potentiels – Région/Métropole de Lille/Ademe de financer des recherches universitaires sur la capacité de la biodiversité locale à être un atout de la reconquête de la qualité du sol.

Il a fallu créer une nouvelle association Halluin 3R (Réhabilitation – Réseau – Recherche)  pour accueillir une chargée de mission pouvant à la fois élaborer les différentes phases du volet recherches du projet mais aussi porter la complexité du montage de dossiers financiers. Annabelle Carlier a été engagée en avril 2010 et a porté avec ténacité et compétence les deux première phases du projet.

L’originalité de la démarche a consisté à impliquer dès la conception du projet des citoyens inquiets, des médecins dubitatifs, des agriculteurs sceptiques dès l’amont du projet. C’est aussi l’implication de chercheurs convaincus de la capacité de la flore locale pour favoriser la réhabilitation des sols et l’engagement des jardiniers de l’association locale « le coin de terre » qui ont permis de mener à bien deux phases du projet initial.

Halluin 3R

RIO +20, trajectoires du développement durable

RIO +20, trajectoires du développement durable

Dans le cadre de la préparation de RIO +20, la Région Nord-Pas de Calais avait proposé aux associations locales d’exprimer leurs constats, bilans et attentes sur 9 thèmes appelés “trajectoires du développement durable”.

Une opportunité pour nous, EDA, de revenir sur nos engagements transversaux depuis RIO 1992, l’occasion d’insister sur la nécessaire reconquête des milieux naturels, la gestion durable des ressources naturelles régionales, la préservation ou réhabilitation d’un foncier de qualité plutôt dédié au développement de circuits courts alimentaires qu’aux appétits des promoteurs de bâtiments dédiés à la logistique de transports routiers.

Bouffée d'air n° 124

Préservation de terres nourricières de proximité de la vallée de la Lys

Préservation de terres nourricières de proximité de la vallée de la Lys

L’Eurométropole Lille Courtrai Tournai souligne dans ses orientations la capacité de la vallées de la Lys à valoriser une agriculture de proximité. Cependant l’appétit des besoins en entrepôts logistiques limite aujourd’hui encore malgré les « bonnes intentions » et les espoirs des adeptes de la préservation de terres nourricières de proximité.

Bouffée d'air n° 122